8 septembre 2021

Deux membres de la Gendarmerie royale du Nord-Ouest attachent des chiens de traîneau à leur harnais avant de partir en patrouille. Bibliothèque et Archives Canada/PA-202178 (mai 1905)

Blogue: La GRC et les chiens dans le Nord

Bien que la GRC n’ait recours aux chiens de police que dans les années 1930, la présence des chiens au sein du corps policier remonte aux années 1890, alors que la Police à cheval du Nord-Ouest s’établit dans le grand Nord pour défendre la souveraineté du Canada et maintenir la loi.

Avant l’utilisation des avions, le traîneau à chiens représente le seul mode de transport fiable permettant de se rendre dans les communautés nordiques. La PCNO engage également des membres des Premières nations et des Inuits pour travailler comme gendarmes spéciaux – une pratique mise en place durant la Marche vers l’Ouest en 1874. Ces gendarmes spéciaux sont déterminants aux membres de la GRC et leur servent d’interprètes. Ces relations avec les Autochtones sont surtout importantes lorsque la PCNO établit sa présence dans l’Arctique.

La PCNO surveille alors le territoire et applique la loi du Canada dans les régions les plus éloignées à l’aide d’un réseau de patrouilles composé de traîneaux à chiens. Les Inuits sont au cœur du succès de ces patrouilles, et ils aident les agents de police dont les tâches varient de l’application de la loi jusqu’à la livraison du courrier.

En 1898, des policiers et des gendarmes spéciaux de la PCNO suivent un trajet de 960 km en traîneau à chiens, de Dawson City au Yukon jusqu’à Skagway en Alaska, pour livrer du courrier. Au cours de l’hiver de 1898-1899, ils livrent plus de six tonnes de courrier par traîneau à chiens et parcourent plus de 100 000 km.

La dernière patrouille en traîneau à chiens s’est faite en mars 1969 par le gendarme Warren Townsend, qui est allé de Old Crow au Yukon jusqu’à Fort MacPherson.

Actualités